Recevez gratuitement les 20 premières pages du TRESOR + LA LETTRE BLEUE


 

10 mai 2010

"Je ne vaux rien, je suis nul" : comment améliorer en profondeur son image de soi

Si vous êtes déprimé, il y a de fortes chances pour que, à l'arrière-plan de votre esprit, rôde l'idée que vous ne valez rien, autrement dit que vous êtes nul. Cette idée peut être très profondément ancrée (fixée), et encrée (écrite), dans votre subconscient, sans que vous vous en rendiez compte. Cette piètre opinion de vous-même est l'un des facteurs de votre mal-être actuel.

Peu importe d'où vient cette idée... mais elle est très probablement un résidu de votre enfance. Vos parents n'ont pas assez répondu à vos besoins affectifs et vous en avez déduit dans votre petite tête que vous ne valiez pas le coup.

Cette croyance ("je suis nul") est aussi un facteur déterminant dans la manière dont les autres vous traitent... ou plutôt, vous maltraitent : si vous vous considérez comme "rien", personne ne va revoir votre valeur à la hausse. Les autres alignent leur évaluation de vous sur votre évaluation de vous-même : tant que vous vous considérez comme quantité négligeable, ils vous traiteront comme quantité négligeable.

Partant du principe qu'à un niveau conscient, vous êtes en désaccord avec cette croyance-là, ou que vous aimeriez améliorer votre opinion de vous-mêmes, comment vous y prendre ?...

Tout d'abord, examinons de près ces énoncés : "Je ne vaux rien" et "je suis nul". Les mots employés sont importants ; ce sont eux qui vous nous donner la solution du problème...

Valoir : "Être estimé un certain prix, coûter."

Valoir (fam.) : "Avoir une fortune, des revenus, un salaire estimé à une certaine somme."

Rien : négation pleine. Sens : nullement, négligeable, sans importance, etc.

Nul : "qui est inexistant, absent, égal à zéro, qui ne vaut rien, ignare, incapable".

Sachant que ce sont ces phrases-là ("je ne vaux rien", "je suis nul") qui sont profondément vissées dans votre subconscient, comment les en déloger ?... En y faisant entrer d'autres phrases, des phrases incompatibles avec elles : de la même manière que vous ne pouvez pas croire en même temps que vous êtes un imbécile et un génie, vous ne pouvez pas croire en même temps que vous êtes nul, que vous ne valez rien, et que vous êtes très précieux, que vous avez une grande valeur, que vous valez plus d'un million d'euros.

Voici donc les phrases qui vont vous permettre d'améliorer en profondeur votre image de vous-mêmes :

"Je suis très précieux" ;

"J'ai une très grande valeur" ;

"Je vaux plus d'un million d'euros".


Peut-être que certains lecteurs vont trouver ces phrases, et surtout la dernière, impossibles à dire, choquantes, ridicules ou tout simplement inacceptables.

Mais je ne vous propose pas de vous vendre sur le marché aux esclaves...

Et je ne vous propose pas non plus de dire à vos proches que vous valez plus d'un million d'euros, ce qui serait en effet ridicule.

Réfléchissez au fait que vous avez déjà(même si vous n'en avez pas conscience) fixé une valeur monétaire, chiffrée, à votre personne. Vous avez déjà décidé que vous aviez un prix - et ce prix, c'est zéro euro (et des centimes, peut-être).

Nul signifie "équivalent à zéro" et valoir signifie "être estimé un certain prix, coûter" : lorsque vous pensez que vous ne valez rien, vous pensez que votre prix, votre valeur, est de zéro euro (ou francs, ou dollars, etc.).

Donc, l'affirmation "Je vaux plus d'un million d'euros" n'est rien de plus que l'affirmation inverse, contradictoire, de ce que vous croyez déjà.

Vous n'êtes pas convaincu ?

Prenez conscience que votre opinion de vous-mêmes se nourrit de mots, de métaphores, d'images. L'image du zéro, du vide, du rien, a façonné et déformé votre image de vous-mêmes. Si vous voulez prendre confiance en vous, vous devez remplacer cette image du zéro par celle d'un autre chiffre... d'un chiffre bien supérieur.

Vous avez peur que si vous vous mettez à croire que vous valez plus d'un million d'euros, vous allez devenir prétentieux ?

Étant donné que la croyance en votre propre nullité ne vous a pas rendu humble et gentil (car vous êtes humble et gentil pour d'autres raisons), la croyance inverse ne peut pas vous rendre prétentieux et arrogant.

Vous trouvez l'affirmation "je vaux plus d'un million d'euros" absurde ?
Vous dites que de toute façon, vous n'êtes pas à vendre ?
Qu'on n'évalue de cette manière que les objets ?

Toutes vos objections sont valables... mais pourquoi n'avez-vous pas eu les mêmes objections à faire à "je ne vaux rien, je suis nul" ? Car au fond, c'est exactement la même situation. Dans les deux cas, vous fixez votre valeur (ou votre non-valeur).

Vous dites : "non, ça n'a rien à voir... quand j'affirme que je suis nul, ce que je dis c'est que je suis incapable ou que je n'ai pas de qualité".

Tout à fait.

Et l'inverse est aussi vrai : quand vous dites que vous valez plus d'un million d'euros, vous dites que vous êtes capable et que vous avez de grandes qualités. L'affirmation que "vous valez plus d'un million de dollars" n'est pas à prendre au pied de la lettre... ce n'est qu'une métaphore.

De la même manière que lorsqu'on a froid, la seule manière de cesser d'avoir froid, c'est de se réchauffer, quand on croit qu'on est nul et qu'on ne vaut rien, la seule manière de cesser d'y croire, c'est de se mettre à croire le contraire : qu'on est précieux, qu'on a une grande valeur. D'où les affirmations que je vous conseille, d'où le million d'euros (que vous pouvez remplacer par dix, vingt, trente millions d'euros ou plus, si vous voulez).

J'espère vous avoir convaincu...

Alors maintenant, voyons comment vous pouvez vous persuader que vous êtes très précieux, que vous avez une grande valeur, que vous valez plus d'un million d'euros (vous pouvez fixer un autre montant bien sûr, il suffit qu'il soit très élevé).

La première chose à comprendre, c'est que pour assimiler l'idée que vous êtes très précieux, que vous avez une grande valeur, et que vous valez plus d'un million d'euros, il va falloir que vous y consacriez du temps et des efforts.

Tout votre paradigme actuel, toute votre manière de penser, toute votre identité, toute votre idéologie personnelle est structurée par l'idée que vous ne valez rien : donc pour faire entrer dans votre subconscient (autrement dit, dans vos croyances profondes) l'idée que vous êtes très précieux, que vous avez une grande valeur, et que vous valez plus d'un million d'euros, vous avez du pain sur la planche. Et vous allez devoir aussi surmonter certains obstacles émotionnels internes douloureux. Qui a dit que le changement est facile ? Il ne l'est jamais. Mais il est très simple, comme vous allez voir.

Voici comment faire :

- Dites ces phrases à haute voix seul devant la glace, en vous regardant dans les yeux. Vous vous sentez ridicule ? Vous transpirez ? Vous avez l'horrible impression de mentir ? Ou vous avez envie de pleurer ? Vous vous sentez très mal, comme si toute votre enfance vous remontait à la gorge ?...

C'est normal, c'est votre paradigme actuel ("je suis nul") qui se rebiffe et proteste. Et c'est aussi, effectivement, votre enfance qui remonte.

Ne laissez pas l'inconfort vous arrêter et ne vous crispez pas.

Détendez-vous vous, laissez l'émotion vous traverser et se dissiper, et persévérez : dites "Je vaux plus d'un million d'euros" en vous regardant dans la glace chaque matin et chaque soir... ça deviendra de plus en plus facile. Dites-le avec énergie.

- Écrivez aussi ces phrases : je suis très précieux, j'ai une grande valeur, je vaux plus d'un million d'euros. Recopiez-les encore et encore. Écrivez-les avec votre plus jolie écriture. Et persévérez : écrivez-les tous les matins et tous les soirs.

- Enregistrez-vous (par exemple avec Audacity) et écoutez vous en boucle disant : "Je suis très précieux, j'ai une grande valeur, je vaux plus d'un million d'euros".

Pensez à personnaliser les phrases en disant : "Moi [Votre prénom et votre nom] j'ai une très grande valeur, etc."

Si on vous a affublé de surnoms dévalorisants dans votre enfance, utilisez les : "Moi [surnom dévalorisant] j'ai une très grande valeur, etc."

Persévérez pendant des semaines, des mois, jusqu'à ce que les phrases fassent partie de vous.

Ceci dit, ça peut être aussi beaucoup plus rapide... Un changement de croyance n'est pas forcément long et laborieux. Plus vous ressentirez les émotions qui accompagnent cette affirmation, plus vous repenserez à votre enfance avec un œil critique, et plus le changement sera rapide et profond.

Je vous garantis que non seulement vous vous sentirez bien mieux, que votre image de vous-même va s'améliorer, que vous aurez de plus en plus confiance en vous, mais aussi que si vous avez des problèmes d'argent, ceux-ci vont commencer à trouver une solution.

PS : A l'époque où j'ai écrit cet article, je n'avais pas encore découvert la puissance des questions constructives, ou "afformations". Elles sont bien plus efficaces que les affirmations. Je vous conseille donc laisser tomber "Je suis très précieux, j'ai une grande valeur, je vaux plus d'un million d'euros" et d'adopter cette question toute simple :

Pourquoi est-ce que je vaux plus d'un million d'euros ?

Vous pouvez changer le chiffre, mais pas pour le baisser !

à part ça, la méthode est la même : enregistrez vous et écoutez vous le plus souvent possible. Ecrivez aussi la question sur des petits bouts de papier qui vous fixerait à des endroits stratégiques (sur les portes, dans les toilettes, bref, là où vous posez forcément les yeux tous les jours.) Persévérez avec cette question jusqu'à ce qu'elle s'intègre à votre mental et modifie votre monologue intérieur.

4 commentaires:

  1. Et si pour nous être nul c'est qu'on arrive à rien pas parce que quelqu'un nous l'as dit ni fait comprendre mais parce que c'est tout simplement le cas: on est maladroit, nul dans le sens on arrive à rien et on le sait.
    Les autres ont beau dire que ce n'est pas le cas et qu'on est important on ne veux pas y croire parce que c'est nous qui le pensons et nous avons raison.
    Répondez à ça sans allez dire que c'est quelqu'un qui est pour quelque chose alors que c'est nous!
    Je dis nous mais ce n'est pas pour dire qu'il y a plein de gens comme ça; si ça se trouve je suis la seul personne mais bon au cas où.
    Si il n'y a personne d'autre alors je dirai que c'est moi et les autres moi qui le disent.
    Voilà merci de m'avoir lu et peut- être a ceux qui le feront de me répondre quoique je ne vous y force pas peut être même le contraire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On a jamais raison de justifier qu'on est nul, c'est juste notre plus profond caprice minable si on reste bloqué là-dessus, et on est encore plus débiles si même en réfléchissant à ce que l'on nous dit sur notre valeur, on s'estime toujours nul.
      Il existe sur la planète de millions d'être humains qui ont pour commencer, la première valeur humaine, celle d'être vivant en tant que garçon ou fille !
      Puis vient l'instant où réalisant entrant dans le cadre de la "société", notre âme possédant une statue morale, exemple : jeune, adulte, fils ou fille de tel, fils bâtard, orphelin, européen, africain, asiatique, etc.
      En plus de ça, il existe d'autres êtres humains qui juge quelque de ces statues morales, et là vient tous les complexes, suivi de préjugés et mauvaise langue.

      Il est possible d'en échapper, à condition d'avoir une condition sociale et physique qui nous sauve les miches. Car l'être humains bien lotis socialement et physiquement, qui critique un autre étant inconscient n'aura aucune pitié. Ceux-là, sont plus ou moins protégés des critiques liées aux complexes, suffit d'un seul critères pour y survivre
      Car si vous n'aviez pas la chance d'être "normal" qui est un mot fort dans la société, généralement utilisés à "tord" mais "mal contredit", vous allez entrer dans ce système du plus riche, beau, grand et du plus pauvres, moche, petit.
      Et là vous verrez là où vous sentez appartenir, avouons qu'on en fait toujours plus mais par peur d'être vue de haut, on se cache dans la déprime. Mieux vaut ne jamais trouver de raison de se sentir plus que nul, ou sinon les seuls mots qu'on peut entendre sont les réconforts trop poussés, jusqu'à vous dire que vous êtes l'humain qui vaut de l'or, et allez savoir pourquoi pas un autre, en fait, vous êtes chacun un petit bijoux, qui cache en soi une perle rare, mais vous n'êtes pas dans le bon endroit pour l'illuminer, suffit de changer légèrement d'option de vie, accepter que votre corps change, que le temps passera, et qu'un jour où vous mourrez, un humain va naître, et qu'on a tendance à sourire quand on fait partie de ceux qui ont contribué à cette création, et cette création, chacun à sa touche personnelle, et c'est souvent ça qui fait rêver, pour vois d'abord, puis en partageant, ça crée des sourires.
      Faites rêver les autres, vos complexes ne seront que ce qui ont fait votre mode de pensée, pour vous, et pour les autres, et ça, ça n'a pas de prix.

      Supprimer
  2. Pour retrouver confiance en soi rien de tel que de s'investir dans une passion bien à soi.Habiter son sujet.Totalement.Pleinement.
    Les gens qui n'ont pas confiance en eux sont je pense des personnes trop empathiques et trop centrées sur elles-mêmes.Et je dirais même certaines personnes très intelligentes vont connaitre cet état de souffrance car le cerveau tourne en permanence...Et puis je trouve un peu inepte de dire "j'ai confiance en moi" ou "je n'ai pas confiance en moi".Rien n'est absolu.Cela dépend des situations,du contexte ou des personnalités qu'on a en face de nous.

    RépondreSupprimer
  3. Aujourd hui comme de nombreuses fois dans ma vie de merde, je me sens être une merde pourtant au fond j'ai plein de richesses et de dons mais ce monde n'en veut pas il faudrait se prostituer ou se faire avoir pour vivre la plénitude et la partager avec des êtres sensibles et c'est tout comme si je ne vallais RIEN j'en crèverai si les choses ne s'ouvrent pas dans ma vie j'en crèverai et tant pis pour ces richesses et dons finalement inutiles puisque jamais un contexte pour les faire exister dans le partage. Trop empathique oh oui et ça aussi je trouve pas que ce soit un don mais un calvaire dans une humanité qui n'est pas encore née

    RépondreSupprimer