15 août 2006

Viol et conséquences

Le viol est un sujet douloureux et complexe, et si je l'aborde ce n'est pas pour proposer une solution (du type, "comment se remettre d'un viol ?"...), car je n'en ai pas, mais plutôt pour partager quelques réflexions.
Avec toujours l'espérance que voir les choses autrement, peut aider à les vivre autrement...

Même si dans certaines circonstances bien particulières, n'importe quelle femme - ou n'importe quel homme d'ailleurs - peut être violé, il y a cependant des personnalités qui sont plus fragiles, plus vulnérables, autrement dit plus "violables" que d'autres.
Attentifs à des petits signes presque imperceptibles qui la trahissent, les prédateurs perçoivent cette vulnérabilité. Un peu comme un loup ne s'attaquera pas à n'importe quel animal, mais choisira celui qui est malade, fatigué... et que son instinct aiguisé lui fait reconnaître.

Après un viol, la victime sera encore plus fragile, ou le devient si elle ne l'était pas avant.

La façon (peu connue du grand public) dont les Illuminati parviennent à transformer des êtres humains en robots parfaitement programmés, obéissant au doigt à l'oeil à leurs maîtres comme des machines, est de les torturer et violer dès l'enfance.

C'est que le viol est un acte qui "casse" la volonté, la personnalité de celle ou celui qui le subit. C'est au noyau intime, à l'intégrité psychique et morale de la victime que le violeur s'en prend.

Le viol cause donc des ravages au coeur le plus intime de la personnalité. La personne violée est comme dépouillée d'elle-même, volée d'elle-même, vidée d'elle-même.

Ses limites ont été bafoué, son territoire a été envahi, piétiné : et elle se retrouve ensuite au milieu d'un désastre, sans savoir comment réparer ses clotures, reconstruire ses murs.

Cette difficulté, voire cette impossibilité à rétablir ses propres contours, fait que la personne violée ne sait plus vraiment qui elle est, et peut même perdre le sens de son existence. Elle ne se sent pas être, elle ne croit pas à sa valeur, et se voit plutôt comme une marchandise dévaluée, méprisable. Une chose parmi les choses.

Elle a été en effet utilisée comme une chose, et pour être tolérable, ce traumatisme lui impose une certaine vision d'elle-même : celle d'un objet ou d'une machine.

C'est un peu comme si, à un certain niveau d'horreur, l'esprit n'avait plus d'autre possibilité que d'acquiescer à ce qu'il vit. Il a besoin d'un sens, d'une logique, et la seule qu'il trouve c'est qu'effectivement, on n'est qu'une serpillère, un bidet, un objet...

Cette souffrance l'exile d'elle-même, la met à distance d'elle-même. Ce qui permet à n'importe quelle personne d'influence de prendre le pouvoir, et de la téléguider à distance.

Le roi (la volonté, la personnalité) s'est fait vagabond, il est parti sur les routes ; n'importe quel usurpateur peut prendre sa place. D'autant que les Autres paraissent maintenant très forts et très impressionnants : ils semblent habiter leur corps, leur vie, d'une manière vraiment cohérente et puissante. Alors pourquoi ne pas leur céder les commandes, puisque de toute façon on est plus capable de les tenir soi-même ?...

Cette personne d'influence peut être le violeur lui-même. C'est ce qui se passe dans le cas des Illuminatis. La personne violée devient l'esclave "consentant" (mais ici, le mot n'a pas grand sens) de son violeur.

***

Le viol n'est pas seulement un acte physique ; ce peut-être aussi un acte verbal. Il y a des paroles qui constituent un viol atténué, un début de viol.

***
Pour savoir où l'on en est, question vulnérabilité, il y a un petit test facile à faire. Il faut imaginer un premier cercle autour de soi, à quelques centimètres, puis un deuxième, un troisième, un quatrième... de plus en plus loin.

Si les cercles que l'on visualise sont ouverts, ou en pointillés, et que les visualiser suscite un malaise mêlé de détresse, c'est qu'on a un problème de limites, que notre intégrité émotionnelle est fêlée : notre personnalité présente une fuite, ou plusieurs... elle peut même être trouée comme une passoire.

Sans être à proprement parler une solution, il peut être bon dans ce cas d'examiner d'un oeil neuf la très désuète pudeur.

Nous vivons dans un monde où les femmes nues (sur les affiches, les magazines, dans les films...) sont la norme. A tous les coins de rue, de belles femmes en culotte et soutien-gorge se tiennent fièrement les mains sur les hanches, la poitrine brandie en avant. Dans ce contexte, la pudeur apparait comme une stratégie de perdante, une pitoyable manière de ne pas assumer son corps, presque une tare.

Mais en réalité, la pudeur est moins l'expression d'un complexe ou d'une crainte qu'un instinct naturel d'auto-défense : être nu, c'est être vulnérable, violable. Etre couvert-e, c'est être protégé-e des jugements, des regards... et tracer de manière à la fois littérale et symbolique une barrière protectrice extrêmement utile et précieuse.

Le fait de ne pas raconter toute sa vie aux inconnus ou de ne pas coucher avec eux, participe de cette même barrière défensive.

Dans un tableau, les éléments qui existent vraiment pour l'oeil du spectateur sont ceux qui ont un contour nettement délimité. Pour exister à ses propres yeux comme à ceux des autres, mieux vaut appuyer le trait. Les vêtements et le quant à soi, la réserve, sont comme des lignes qui épaississent la ligne trop mince de notre peau.
A la différence de la plupart des animaux, qui sont naturellement revêtus de plumes, d'écaille, d'épines ou de poils, l'être humain est nu... et il a besoin de se couvrir.

La pudeur est à la fois une manière de se vêtir, une manière de parler et une manière de penser. La cultiver peut aider à construire un mur autour d'un jardin trop collectif, pas assez secret.

La cultiver, c'est planter dans un terreau fertile une graine d'individualité libre et forte.

6 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  2. j'aime beaucoup te lire, même si je ne poste pas souvent.
    ça me fais reflechir... et essayer de voir autrement, j'aurais bien aimé avoir une amie comme toi.
    Mes deux seuls amis etaient alcoloos, j'ai préféré ne plus les voir, il y a de ça plusieurs années. C'est maintenant dur d'etre seul mais ou moins j'ai une hygiène de vie désormais.

    efface mon précédent commentaire s'il te plait.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour :)
    J'ai découvert ton blog en cherchant au hasard des informations sur les conséquences du viol sur l'enfance. Entre autre je tiens à saluer la qualitée de tes articles pertinants, bien écrits et surtout riches en informations! bravo et merci beaucoup.

    ... et les informations que tu détiendrais au sujet des illuminati m'intéressent énormément. je me reconnais beaucoup à une période de ma vie dans ta description du "zombi" manipulable à souhait, et qu'a ce jour je n'arrive pas à me rappeler de l'identitée de mon agresseur!...
    Je ne suis pas parano, je cherche seulment des pistes, et à m'informer sur cette secte également.

    J'aimerais beaucoup que nous puissions partager des informations à ce sujet, en toute sincèritée car je n'ai pas peur.
    Puis-je te contacter par mail?
    Tu peux me contacter sur celui-ci: benj.g@live.fr

    Merci d'avance.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Void,

    merci pour ton commentaire.

    Je ne détiens pas sur la manipulation mentale d'informations particulières, différentes de celles qu'on peut trouver sur Internet.

    Enfin si, j'ai lu quelques livres sur le sujet mais ils sont tous en anglais. Les sites les plus intéressants sont aussi, à ma connaissance, en anglais.

    Les livres les plus intéressants que j'ai lus :

    "Thanks for the memories"

    et :

    The illuminati formula used to create a total mind controled slave"

    Mais il y en d'autres...

    Un très bon site :

    http://www.savethemales.ca/

    Mais le terme "d'Illuminati" est un peu trompeur en ce sens qu'il donne l'impression qu'il y a UNE secte qui est le problème, alors que le problème est plus général.

    En cherchant sur le Nouvel Ordre Mondial, le satanisme, le trouble de la personnalité multiple tu trouveras beaucoup d'infos (et pas mal de mensonges... il y a du tri à faire. Un conseil : ne rien croire à propos des extra-terrestres et des prophéties pour 2012, etc.).

    Malgré les apparences ces trois sujets sont étroitement liés.

    Dans la mesure où il y a beaucoup d'informations très déstabilisantes et traumatisantes là-dedans, je te conseille de respecter un certain équilibre entre les lectures de ce genre et les lectures de développement personnel, pour tenir le choc.

    Parce que c'est vraiment un choc, même quand on se sent plutôt bien à la base.

    Même si toute vérité est bonne à connaître, ou presque, il faut aussi savoir se ménager.

    RépondreSupprimer
  5. Bonnes lectures, et bravo pour ta démarche.

    RépondreSupprimer
  6. Merci pour ta réponse.

    En faite j'ais déja pris du recul sur ce sujet, car j'ai harpenté beaucoup de documents sur le web sur ces sujets. Pendant des années.

    Les informations sont de plus en plus disponibles sur internet (dailymotion) et encore plus lorsque comme moi on s'intéresse aux phénomènes ésotériques en général (la aussi il y a un tri à faire mais chez moi c'est plus une réelle passion qu'un délire pré-ado je te rassure).

    Je vais essayer de trouver des ouvrages en français car mon anglais est celui d'un niveau bac ... c'est à dire casi-nul ^^

    Encore merci pour la réponse et tes textes :)

    RépondreSupprimer